Spectacles

« Faux départ »

de Jean-Marie Chevret

Mise en scène Philippe PERRIARD

Assistant à la mise en scène Quentin PERRIARD

Création lumière Adrien MOUREY


Avec

Jean, en alternance  Thierry LEGUENNIC, Philippe PERRIARD 

Odile  Nicole GIORNO

Marie-Claire  Maryse PERRIARD

Diane  Lisa CASCALES

AFFICHE EVT_LOGO_V03 PRODUIT

Image créée par Maxime PELLETIER

L’histoire

Avec Faux départ, Jean-Marie Chevret nous livre une vraie fausse comédie, en ce sens que, sous ses dehors de divertissement léger, la pièce aborde des sujets sensibles : le passage de la vie active à la vie de retraité, jusqu’où peut-on se sacrifier par amour ? L’amour ne résulte-t-il pas aussi d’un savant dosage  de l’acceptation commune des rêves de chacun…

Au terme d’une carrière dans l’enseignement supérieur, Jean Marmion aspire à une retraite bien méritée dans leur résidence secondaire Tourangelle qu’il restaure avec passion en résidence principale. De son côté, Odile, parisienne dans l’âme ayant sacrifié sa vie professionnelle à son mari et n’ayant vécu depuis trente ans, faute d’enfant, que pour le materner lui, redoute par avance cette vie de recluse que lui fait miroiter Jean. Les travaux grevant leur budget, Marie-Claire, la sœur de Jean, leur présente Diane, une jeune comédienne à la recherche d’un petit meublé. La présence de Diane va faire exploser l’harmonie du couple. Petit à petit, l’idée de reprendre sa vie là où elle l’avait laissée avant sa rencontre avec Jean s’imposera à Odile. Le couple survivra-t-il à cet écart soudain d’un chemin tout tracé qu’il suivait depuis si longtemps ?

Note d’intention :

« Faux départ » de Jean-Marie Chevret est une vrai comédie, drôle, enlevée, mais qui n’utilise pas les ficelles traditionnelles des comédies de boulevard et des portes qui claquent.

Même si le ton général de cette pièce reste léger, il aborde néanmoins de façon sous-jacente l’étape difficile à laquelle chacun d’entre nous un jour ou l’autre se trouve confronté : la retraite. Si nombre de chemins permettent d’aborder cette nouvelle étape de la vie, force est de constater que  tous ne trouvent pas forcément les ingrédients pour se « fabriquer » une nouvelle vie.

Faux départ met en scène un couple, Jean et Odile, n’envisageant pas du tout sous le même angle cette nouvelle étape de leur vie qu’ils abordent ensemble. Et même s’ils s’aiment profondément après vingt cinq ans de vie commune, les aspirations de chacun sont tellement opposées que les chemins sur lesquels chacun d’eux souhaite à présent s’engager risquent fort de les éloigner l’un de l’autre. Dès lors, l’amour y survivra-t-il ?

Tout l’intérêt de la mise en scène réside dans ce savant dosage d’humour et d’émotion à distiller savamment pour le plus grand plaisir des spectateurs.

  

« Agnès Belladone »

de Jean-Paul Alègre

Mise en scène Philippe PERRIARD

Assistant à la mise en scène Quentin PERRIARD

Danseuse Margot PREL ou Clara CHAMPY

Création lumière Adrien MOUREY

Création musicale Yannick VAL

Avec

Anne Laurel  Lisa CASCALES

Agnès Belladone  Nicole GIORNO

Igor Beausoleil  Jean-Luc GIORNO

Gisèle  Maryse PERRIARD

Pierre-Paul Brun  Philippe PERRIARD

Philippe Mansonnier  Quentin PERRIARD

Spectacle sélectionné au festival de la Brie Nangissienne,

de la sélection IDF de FESTHEA à Survilliers,

du Printemps du Théâtre à Fontainebleau, des Pays de Bière à Barbizon,

de Châtillon sur Chalaronne, des Coups de Théâtre de Massy.

L’histoire

Le rideau s’ouvre au public côté loge, le soir d’une première dont le rôle principal est tenu par Agnès Belladone. « Monstre sacré » vouant sa vie au théâtre, cette comédienne d’exception, au faite de sa gloire, règne sur un public conquis venant l’applaudir chaque soir, comme sur sa cour de proches ayant le privilège de partager sa loge : Igor, son partenaire de jeu et mari, qu’elle tyrannise autant sur scène que dans la vie, Gisèle, sa costumière dévouée, aimante et admirative, Pierre-Paul, son agent, aussi suffisant que cupide, qui lui porte une admiration proportionnelle aux bénéfices qu’elle lui rapporte, Philippe, jeune journaliste ambitieux dont le nombres de lignes contenues dans ses articles se mesure à l’aune du succès commercial de leur sujet et enfin Anne, jeune comédienne talentueuse, protégée d’Agnès qui, aux soirs successifs de la trentième, centième, deux-centième… marquant chaque acte de la pièce, lui réservera quelques surprises.

Note d’intention :

A travers « Agnès Belladone » Jean-Paul ALEGRE rend hommage à toutes les grandes comédiennes, ces « divas » qui ont marqué l’histoire du théâtre de Sarah Bernhardt à Jeanne Moreau en passant par Pauline Carton, Yvonne Printemps, Denise Grey, Madeleine Renaud et autres Edwige Feuillère, Jacqueline Maillan ou Judith Magre. A l’image d’Agnès Belladone, elles étaient sans doute des femmes de caractère régnant elles aussi sur une cour constituée autant d’admirateurs que de profiteurs, plaçant leur art avant toute considération et mettant en scène leur propre vie. Cette succession de talents et de vies dédiées à l’art théâtral en garantie sa pérennité, un peu comme une boîte à musique qu’il suffit de remonter pour que la même mélodie reprenne sa place et la danseuse son ballet perpétuel. Une comédienne disparaît quand une autre nait, ballet sans cesse renouvelé de la vie.

Pour visionner le diaporama, cliquez ici

Dossier de présentation : Présentation Agnès Belladone

Clara Massy